Archive for the chill Category

Isleym – Petit bateau (clip et paroles)

Posted in chill, clip, francais, french, music, music video, news, nouvelle, photos, pop, r&b, rap, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 30 octobre 2013 by fraichemusique

Image

La jeune et talentueuse Isleym revient en force avec un nouveau titre : Petit bateau, extrait de son album Où ça nous mène qui sortira très prochainement. Restez à l’écoute !

Les paroles :
petit bateau
qu’a échoue dans mon cœur
il laisse un sentiment de peur
petit bateau
qui aujourd’hui navigue au milieu de tout ses paquebot pirates de la vie
petit bateau
voyage sans loi n y peine esquives moi tout ses vieux rafiot
qui n’attendent que ta perte
petit bateau
tu croiseras des sirènes ne te jettes pas à l’eau elles ont du vices méfies toi d’elles

laisse toi emporter par le vent , n’est pas peur choisis ton cœur comme le seul océan
il est grand temps de mettre les voiles
et confiance et ne perd pas de vue ton étoile
et pas besoin de carte n’y boussole
vu sur la mer pieds sur terre et vont toucher le ciel
et peut importe ce que le destin te donne
petit bateau
tu verras des tempêtes voudront fracasser ton monde mais tu leur tiendras tête
petit bateau
choisis ton équipage fais bien le tri c’est avec eux que tu prendras de l’age
petit bateau
c’est une chasse au trésor à la conquête du bonheur enfermé dans un coffre fort
petit bateau
après tout qu’importe d’viens un grand de ce monde et vas y que le vent t’emporte
laisse toi emporter par le vent , n’est pas peur choisi ton cœur comme le seul océan
il est grand temps de mettre les voiles
et confiance et ne perd pas de vue ton étoile
et pas besoin de carte n’y boussole
vu sur la mer pied sur terre et vont toucher le ciel
et peut importe ce que le destin te donne

Image

oublie cette rage qui nous inonde
prenons le large allons parcourir le monde
faire des effort encore et encore
comme un pirate a la recherche d’un trésor
oublie cette rage qui nous inonde
prenons le large allons parcourir le monde
encore et encore jusqu’à arriver a bon port

laisse toi emporter par le vent , n’est pas peur choisi ton cœur comme le seul océan
il est grand temps de mettre les voiles
et confiance et ne perd pas de vue ton étoile
et pas besoin de carte n’y boussole
vu sur la mer pied sur terre et vont toucher le ciel
et peut importe ce que le destin te donne

petit bateau
prenons le large prenons le large
petit bateau
comme un pirate comme un pirate
petit bateau
prenons les large prenons le large

Source: http://www.parolesmania.com/paroles_isleym_63731/paroles_petit_bateau_1824605.html

Publicités

Kelly Rowland – Dirty Laundry (Clip officiel et paroles)

Posted in américain, american, cainri, chill, clip, english, music, music video, news, nouvelle, pop, r&b, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 juillet 2013 by fraichemusique

Dirty Laundry, le nouveau clip choquant de Kelly Rowland lave tout son ancien linge sale avec Beyonce en public. Rien à dire, trop d’émotion pour une seule vidéo, Kelly. Catharsis never felt so good…

Les paroles via Rap Genius :

Kelly Rowland – Dirty Laundry Lyrics
Produced By: The-Dream
Track 6 on Talk a Good Game

Kelly Rowland - Dirty Laundry

Kelly Rowland – Dirty Laundry

[Hook]
Let’s do this dirty laundry, this dirty laundry
Let’s do this dirty laundry, this dirty laundry

When you’re soaked in tears for years, it never airs out
When you make pain look this good it never wears out

This dirty laundry, this dirty laundry[Verse 1]
While my sister was on stage, killing it like a motherfucker
I was enraged, feeling it like a motherfucker

Bird in a cage, you would never know what I was dealing with
Went our separate ways, but I was happy she was killing it

Bittersweet, she was up, I was down
No lie, I feel good for her, but what do I do now?
Forget the records, off the record, I was going through some bullshit
Post Survivor, she on fire, who wanna hear my bullshit?

Meanwhile this nigga putting his hands on me
I swear y’all don’t know the half of this industry

[Hook]
Kelly Rowland - Dirty Laundry

Kelly Rowland – Dirty Laundry

[Verse 2]
And it’s almost been a decade
I’m behind them black shades
Roll up like it’s all good, right up out that escalade

Fix my make-up, “Get it together, Kelly, get it together”
Then we make up, well get it together, nigga, get it together
Kinda lucky, I was in her shadow
Phone call from my sister, “what’s the matter?”
She said, “Oh no baby, you gotta leave!”
I’m on the kitchen floor, he took the keys
I was mad at everybody, I mean everybody
Yeah, her, her, her her everybody
Five years later, I got my shit down pat
Think I had it good, and they don’t know how bad
Fooled everybody, except myself

Soaking in this hurt, bathing in the dirt

[Hook]

[Verse 3]
So here I am in the spin cycle we’re coming and we’re going
Nobody can notice
And I was trapped in his house, lying to my mama

Thought it could get no worse as we maximize the drama
Started to call them people on him
I was battered
He hittin the window like it was me, until it shattered

He pulled me out, he said, “Don’t nobody love you but me
Not your mama, not your daddy and especially not Bey.”
He turned me against my sister

I missed you

[Hook]

Kelly Rowland - Dirty Laundry

Kelly Rowland – Dirty Laundry

[Outro]
Love is pain and pain is love, he had me fucked up
Love is pain and pain is love, he had me fucked up

La Fouine – Quand je partirai (Clip et paroles)

Posted in buzz, chill, clip, francais, french, music, music video, news, nouvelle, photos, pop, r&b, rap, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 19 juillet 2013 by fraichemusique
La Fouine - Quand je partirai

La Fouine – Quand je partirai

As-tu aussi déjà vu Quand je partirai, le dernier clip de La Fouine ? Sorti vendredi le 12 juillet, il fait plein de buzz en ce moment. Le sixième extrait de son album Drôle de parcours et tourné par BeatBounce Productions, il s’agit d’une dramatisation de la mort du rappeur du 78 par fusillade. Au milieu du clip, un écran télévisé affiche une annonce de la mort sur la chaîne d’actualité, BFM TV. Selon un article du Nouvel Obs republié sur MCE, BFM pourra porter plainte contre La Fouine.

La Fouine - Quand je partirai

Le soi-disant annonce de la mort de La Fouine sur BFM lors du clip Quand je partirai

Maitre Mathieu Davy rappelle sur le site du Nouvel Obs «Il n’est pas juridiquement possible d’utiliser ou de reproduire la marque d’une chaîne de télévision, son logo, sans son autorisation, surtout dans le cadre d’une exploitation commerciale.»

A voir si la chaîne décide de poursuivre La Fouine et BeatBounce… Un coup de pub juste ou manipulateur, à vos avis ?

Les paroles via Rap Genius France :

La Fouine – Quand je partirai Lyrics

[Intro]
You light up another cigarette and I pour the wine
It’s four o’clock in the morning and it’s starting to get light
Now I’m right where I want to be, losing track of time
But I wish that it was still last night

La Fouine - Quand je partirai 3

Le fusillade du clip Quand je partirai de La Fouine

[Couplet]
Quand j’partirai ne venez pas pleurer sur ma tombe, combien sont sincères ?
Combien de drames, de vraies galères, combien de faux frères ?
Quand j’étais vraiment dans la merde, combien m’ont tendu la main ?

Ne jamais remettre à demain ce qu’on peut faire à une main
Déjà à l’époque, on m’enviait pour une barrette
J’fais d’l’auto-stop sur le chemin du Paradis et seul le Diable s’arrête
Cimetière de Trappes, en p’tite équipe, ramenez pas trop d’de-mon
On vit entre anges et démons, combien me connaissent de nom ?
Quand j’partirai, dites à ma famille que j’les aime
Que mon truc c’est la solitude, que j’ai du mal à dire « je t’aime »

Quand j’partirai, dites à mon dealer qu’il est au chômage
Drôle de personnage, pas besoin qu’on m’rende hommage
Dites à mes vrais amis que l’amitié s’étend à jamais
Que j’étais nul en maths car quand on aime on n’compte jamais

Vous direz aux matons que l’peura m’a fait changer d’air
Que ma fierté c’est l’Maroc et que j’préfère manger par terre
Aucun remord, j’ai vécu pleinement
Un titulaire sur le terrain, c’est dix rageux qui parlent sur le banc
Quand j’partirai, dites à mon père que rien ne sert de pleurer
Dites à ma fille que ses prières remplaceront les courriers
Dites à mes profs que rien à foutre si j’ai pas eu leurs diplômes
Dites aux rageux que cet album va sûrement peser dix tonnes
Quand j’partirai, vous passerez le salam au Congo
Vous leur direz qu’on y mange bien,
vous remercierez le Togo
Le Cameroun et l’Algérie, le Canada, Djibouti
J’aurai p’t-êt’ un seul remord : ne pas revoir l’public du Mali

La Fouine - Quand je partirai 5

L’enterrement du rappeur La Fouine dans le clip Quand je partirai

J’partirai la tête haute, ma fille, n’écoute pas les gens !
J’ai des souvenirs de Dakar, de quelques frères d’Abidjan
Quand j’partirai, la concurrence pourra sortir d’son trou
Et seulement une fois enterré, vous pourrez prendre son pouls

Je serai pas loin, je serai à jamais dans le cœur d’la famille
De quelques fans anéantis, de quelques sœurs des Antilles
Quand j’serai plus là, vous direz à certains frères qu’ils m’ont déçu
Que moi j’ai pas une belle plume, seulement un putain d’vécu !

Vécues, les années passent et je vois les choses empirer
Seigneur, ayez pitié le jour où j’partirai
Quand j’partirai, certains faux frères feront mine d’être déçus
Veulent rouler avec moi, auparavant m’auraient marché dessus

Dites à mes fans que j’suis fou d’eux, que je n’étais rien sans eux
Que la vie, ça blesse, et qu’il n’y a pas d’fumée sans coup d’feu
Big up à Fred Musa, Pascal Cefran c’est la même
Encore un rap anti-FN sur ta FM
Quand j’partirai, certains bâtards feront leurs condoléances
Où étaient-ils quand les factures arrivaient à échéance ?
Où étaient-ils quand les Restos du Cœur servaient le daron ?

Où étaient-ils quand les huissiers prenaient l’fauteuil du salon ?
Où étaient-ils quand les yeux mouillés, Maman manquait d’liquide ?
Étaient-ils là au mitard, avec une envie d’suicide ?
Les années passent, bordel de merde, et j’vois les choses empirer
Seigneur, ayez pitié le jour où j’partirai

La Fouine - Quand je partirai 4

La Fouine rejoint le ciel ?

[Outro]
Yeah, le jour où j’partirai, j’emmènerai rien avec moi
Pas d’appartement, pas d’bijou, pas d’voiture
J’ai jamais rappé pour cette merde, t’façon

Et ça, les vrais le savent, depuis mon premier album
Quand j’partirai, la seule chose qui est importante pour moi
C’est qu’j’espère que j’aurai l’temps de dire :
« Achhadou an lâ ilâha illa-llâh, washadou ana muhammad rasûlu-llâh »

Et j’veux entendre chanter… Fouiny Babe !
J’veux vous entendre chanter…
La réussite, ça génère des inimitiés Fouiny, ça crée des ennemis :
Ton succès se retourne contre toi !
Qu’est-ce que tu vas faire, tuer ton succès ?
Tu préférerais ne pas avoir réussi ?
C’n’est pas compliqué, ou on réussit et on s’fait quelques ennemis
Ou bien on loupe son coup, et on s’fait quelques amis
C’est une question de choix…

Rim’K et AP – Demain j’arrête… pas (Clip et paroles)

Posted in chill, clip, francais, french, music, music video, photos, r&b, rap, rasta, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 5 juillet 2013 by fraichemusique

Paroles via Rap Genius France :

Image

[Intro : AP & Rim’K]
On a décidé d’arrêté d’fumer
J’te bloque le décor J’arrête pas !
C’est comme si tu demandais à Riffi d’arrêter d’secouer la plante J’arrête pas !
Big fuméeeeeee ! J’arrête pas !
Big fumée ! J’arrête pas !
Bi-bi-big fumée ! J’arrête pas !

Comprendès ? J’arrête pas !
Vitry, Meda ! J’arrête pas !

[Couplet 1 : Rim’K]
J’bois la Grey Goose comme du Champomy
La dope moi j’laisse ça à Johnny
Poumons V12 mon anatomie
Demain j’arrête, putain j’ai promis
J’jete mes feuilles pour la 1er fois
Moi qui venais de toucher d’la 1ere frappe
1er nuit : Je n’fais que des cauchemars
2eme nuit : J’transpire comme un gros lard
3eme nuit : J’dis quoi ? J’fait quoi ?
J’arrête paaaas, moi c’est Weed Life, 9-4
4eme nuit : J’fait l’forcing
Demain j’m’allume une double turbine
Jamais en confiance aux douanes
Je suis rhabat, j’ai mis les Ray Bannnnnnnn
Demain j’arrête pas, d’la weed fraîche dans une feuille de cigare tah Havana
Image
[Refrain : Rim’K & AP]
Demain j’arrête ? Non j’arrête pas !
J’essaie, j’essaie, j’arrive pas !
Vitry – Meda : J’agresse la boi-boi-boite de vitesse, j’m’arrête pas !
Beleck à la fouille rectal
Big fumée, AP, Rim’K
Ça rime pas mais j’me roule un gros joiiiint
Demain j’arrête pas !

[Couplet 2 : AP]
Nuit blanche sur nuit blanche, j’y arrive pas
Les mains moite, impossible de dormir sans
Ils sont dans la blanche, nous la peu-fra
J’fais les 400 pas, j’y arrive pas
J’tourne en rond, j’tourne en rond
J’suis au point d’craquer, de péter les plombs
Pourtant j’me suis dis : Cette fois-ci c’est la bonne !
Mais là j’fumerais bien un bon gros joint d’com’
Gros oint-j à la Bob Marley
Boom bye bye j’viens de bombarder
Pou-pousse moi juste 1/2 kil’
J’dors sur un oreiller rempli d’weed
Ma petite lampe, ma petite plante
Mon petit bloc, ma petite planque
Big défonce, big fumée noir
J’compte même plus mes trous d’mémoire
Image
[Refrain : Rim’K & AP]
Demain j’arrête ? Non j’arrête pas !
J’essaie, j’essaie, j’arrive pas !
Vitry, Meda, j’agresse la boi-boi-boite de vitesse, j’m’arrête pas !
Beleck à la fouille rectal
Big fumée, AP, Rim’K
Ça rime pas mais j’me roule un gros joiiiint
Demain j’arrête pas !

[Pont : Rim’K]
Big fumée ! J’arrête pas !
Big, big fumée ! J’arrête pas !
Comprendès ?! J’arrête pas !
Weed Life ! J’arrête pas !
Big fumée ! J’arrête pas !
Bi-bi-big fumée ! J’arrête pas !
Comprendès ?! J’arrête pas !
Vitry, Meda J’arrête pas !

[Dialogue]
– Poto j’ai craquer
– Nooon ?
– Ouais j’ai r’fumer
– T’as craquer ?
– Ouais j’reviens d’Meda à l’instant !
– Mais non ?!
– Tiens j’viens d’rouler un spécial One
– Orhh
– Tu veux l’allumer ?
– Vas-y direct
– ‘as-y tiens
– C’est quoi ça ?
– C’est d’la …
Image
[Couplet 3 : Rim’K]
Cheese, gouda tah l’pays du fromage
Ma 1ere fille j’l’appelerai : Marijuana
J’bloque ma cons’ quand j’arrive sur ris-Pa
J’arrête pas, j’arrive pas, j’charrie pas
J’le jure j’ai qu’un joint sur moi m’sieur l’agent
Sans compte l’12 dans mes Jordan’s

Le problème c’est qu’j’fume encore plus qu’avant
Ils m’donnent de la weed ou m’évan’

[Couplet 4 : AP]
J’suis tomber d’dans comme Obelix
Mes banlieusards fournissent tout Berriz
Souvent dosé comme le verre de trop
Pourquoi m’proposer j’ai tout c’qu’il me faut
La qualitad, j’aime pas l’Etat
C’est un p’tit joueur Wiz Khalifa
Envoie les mass’, muchas gracias
J’vais en rouler un gros comme un fajitas

[Refrain : Rim’K & AP]
Demain j’arrête ? Non j’arrête pas !
J’essaie, j’essaie, j’arrive pas !
Vitry, Meda, j’agresse la boi-boi-boite de vitesse, j’m’arrête pas !
Beleck à la fouille rectal
Big fumée, AP, Rim’K
Ça rime pas mais j’me roule un gros joiiiint
Demain j’arrête pas !

[Outro : Rim’K]
Big fumée !
Big, big fumée !
Comprendès ?!
Weed Life !
Big fumée !
Big, big fumée !
Weed Life !

Casseurs Flowters (Orelsan et Gringe) – Bloqué (Clip officiel)

Posted in chill, clip, dance, danse, electro, francais, french, music, music video, pop, r&b, rap, rock, techno, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 juillet 2013 by fraichemusique

Le duo Casseurs Flowters, composé par les rappeurs Orelsan et Gringe (qui nous ont proclamé dernièrement qu’Ils sont cools) nous font découvrir leur nouveau tube, Bloqué !

Bloqué dessus comme nous ?

Envie de discuter avec Axel Tony ?

Posted in chill, en direct, francais, french, interview, live, music, news, pop, r&b, rap, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , on 13 juin 2013 by fraichemusique

Image

Skyrock accueille le chanteur cette semaine, du 10 au 14 juin dans Planète Rap avec Fred Musa pour présenter son premier album « Je te ressemble ». Toute la semaine de 20h à 21h, les auditeurs pourront suivre l’émission en direct sur Skyrock.fm et http://www.youtube.com/SkyrockFm.

Ils pourront participer à l’émission Planète Rap Studio le jeudi 13 juin et dialoguer avec Axel Tony. Cette émission permettra également à un auditeur sélectionné par Skyrock de freestyler en direct et en vidéo. Pour participer à cet évènement, les auditeurs devront s’inscrire sur le blog de l’émission, planeterap.skyrock.com, ou la page Google+ de Skyrock.

Pendant l’émission, les auditeurs qui le souhaitent pourront poser leurs questions en direct sur Skyrock.fm, ou avec le hashtag #AxelTonySurSkyrock. Ils pourront aussi retrouver des photos des coulisses de l’émission sur planeterap.skyrock.com et la page Google+ de Skyrock pour y revivre les meilleurs moments de l’émission.

Rendez-vous le Jeudi 13 juin à 20h sur Skyrock.fm ou youtube.com/SkyrockFm pour Planète Rap Studio avec Axel Tony.

Interview de Sinik par Fraichemusique

Posted in chill, engagé, exclu, fraiche musique, francais, french, interview, news, nouvelle, photos, r&b, rap, Uncategorized, urbaine with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 février 2013 by fraichemusique
Sinik

Sinik lors de l’interview par Fraiche musique

  • D’où vient ce nom Sinik ?

C’est un surnom qu’on m’a donné tout simplement par des potes à l’époque où j’avais même pas de pseudo encore personnellement. Je commençais juste à écrire des bouts de texte et c’est des amis très très proche de moi qui écoutaient ces premières maquettes, qui m’ont un peu baptisé comme ça. Il est un peu le reflet de mon état d’esprit, d’une manière d’écrire aussi, de penser plein de choses.

  • Tu as grandi entre Paris et l’Essonne, habites-tu toujours la région ?

J’habite toujours dans le région, je suis pas parti et ceci explique sûrement cela. C’est sans doute parce que j’ai grandi là que je suis attaché au coin, aux gens qui sont proches de moi, à la famille, à tout ça. Je me voyais pas partir de tout ça, car je suis très attaché et ça représente beaucoup pour moi.

  • Avec des origines kabyles et françaises, quelles influences a cette richesse culturelle sur ta vie ?

Je pense que c’est un plus quand même car c’est une double culture, donc avec le temps j’ai appris à prendre un peu le meilleur de chacun. Je pense sincèrement que c’est une chance aujourd’hui parce que j’ai grandi entre le Rai et la chanson française, entre cette double culture de A à Z, dans mon éducation, etc. Je pense que c’est une chance.

  • Concernant ton parcours, comment se sont passés tes débuts dans le rap ? C’est vrai que ton amie d’enfance Diam’s t’as motivé ?

Pour Diam’s, c’était vraiment beaucoup plus tard mais c’était en 1993 que j’ai commencé à écrire des petits bouts de texte. Trois ans plus tard, j’écrivais comme ça mais sans vraiment enregistrer, et un jour, un ami m’a appelé qui m’a dit qu’il avait lui-même un ami qui avait un petit peu de matos. A l’époque, j’ai commencé à faire des maquettes avec seulement des platines, un petit micro. Depuis, j’ai jamais arrêté.

  • Ton passage du groupe l’Amalgame au label « Six O’Nine» fondé avec Karim et Nabyle Tamarat (avec lequel tu as sorti «Artiste triste» en 2002) et en artiste solo : S’est il fait plutôt difficilement ou naturellement ?

Comme tous les jeunes qui se lancent dans le rap, quand on a commencé, on était une bande de potes. On n’avait pas d’objectifs, on faisait pas de concert. On rappait pour nous et notre quartier. Puis après, ça s’est développé. Pour moi le rap, même si c’est pas un métier, ça s’apprend comme un métier. Tu peut pas arriver du jour au lendemain tout savoir, donc ça nous a permis de nous faire à la main, d’apprendre notre taf sur scène, d’être bon sur scène, d’apprendre tout ça. C’est un peu comme une formation en fait.

  • Quelles sont tes influences de musique française et algérienne ?

Algérienne, c’est surtout Idir (ou Yidir en kabyle), vu que c’est un grand nom de la musique algérienne et kabyle. Idir, ça représente beaucoup. En plus car on a le même nom, donc c’est assez marrant. Sinon en musique française, j’aime bien les mecs comme Aznavour. Moi j’aime les paroliers, les gens qui savent vraiment écrire de belles chansons, Cabrel, Zazie, pour moi ce sont des gens avec une belle plume et un vrai talent d’écriture.

  • Dans tes chansons, on entends plusieurs styles musicaux. Comment choisis-tu les prods d’une chanson ?

C’est au feeling, il n’y a pas de critère, il n’y a pas de trucs bien spécifiques. Je me demande juste, est-ce que l’instru me plaît, est-ce qu’elle me parle, est-ce qu’elle raconte une histoire, est-ce je me vois déjà dessus. L’instru, c’est comme un appartement : Si tu t’imagines déjà dedans ou dessus pour l’instru, c’est que c’est bon signe en général.

  • Comment écris-tu les paroles d’une chanson ? Choisis-tu le beat avant ou après ?

En général, c’est souvent la prod en premier, ensuite l’écriture. C’est pas une science exacte. Tu peux écrire 4 morceaux en deux jours, comme tu peux écrire un morceau en un mois. Il n’y a pas de logique, et des fois on se prend plus la tête, des fois le thème est un peu plus compliqué donc c’est un peu plus long. D’autres fois c’est vraiment à feeling, d’écriture non stop, ça dépend

  • On dit souvent que tu ne suis pas les tendances du rap américain : le bling-bling, les filles plus ou moins à poil etc.. Quels sont les thèmes qui t’inspirent pour tes chansons ?

C’est les sujets qu’on vit au quotidien. Pourquoi je ne parle pas de tout ça, c’est parce que je ne vis pas aux États-Unis, que je n’ai pas envie de retranscrire des problèmes que je n’ai pas ou qu’ici on ne connaît pas. Moi, je parle des galères des gens, la vraie vie quand elle est bien, qu’on rigole ou qu’on pleure, quand on perd des gens, quand on galère, quand on est au chômage, quand on est en formation. Voilà moi je parle de pleins de choses, de choses qui pour moi sont les vraies choses de la vie.

  • Les paroles de ta collaboration avec Medine « Les 16 vérités » commencent : « Tu sais ce qu’on dit ? Une balle dit toujours la vérité, elle ment jamais » . Ce titre nous semble une forme d’assassinat cathartique, peut-tu nous dire comment s’est fait cette collaboration et ce que ce titre représentes pour toi ?

Le thème du titre déjà faut l’expliquer car c’est un espèce d’auto-portrait mais vraiment en appuyant là où ça fait mal. On n’a pas fait un morceau pour se brosser dans le sens du poil, on a fait un morceau où l’on se retrouve face à un miroir qui nous renverrai pas que des vérités qui sont pas forcément agréables à entendre. C’était çà le thème du morceau, donc certains ont comparé çà à un auto-clash, d’autres on appelé ça un auto-portrait. Je sais pas dans quelle catégorie il faut le ranger mais c’est la thématique du morceau, de parler à soi-même mais surtout parler de choses que les gens nous ont reproché, des choses que nous-mêmes on se reproche des erreurs qu’on a pu faire dans nos carrières. Pourquoi Médine, c’était parce que Médine c’est un très très bon parolier. Sur ce genre de morceau, tu peux pas inviter n’importe qui, faut des mecs savent bien tenir les thèmes, qui savent bien écrire. En plus je n’avais jamais bossé tout seul avec lui, donc c’était le bon moment au bon endroit.

  • Tu as pu collaborer avec un tas d’artistes différents comme James Blunt, Algérino, Medine, Soprano, Tunisiano, Vitaa, Zoxea et bien sur ta femme Kanya Samet. Comment se sont faites ces rencontres et comment choisis-tu tes collaborations ?

Comment elles se sont faites, soit en concert parce qu’on était sur les mêmes scènes, on a fait les mêmes festivals de musique. Ou alors tout simplement comme ça, des demandes qu’on a faites. En général, les rencontres, ça s’est fait sur deux critères : C’est l’humain déjà, je ne peut pas chanter avec un artiste que je n’aime pas, ou bien quand je sens qu’on n’est pas en phase. Après l’autre critère, il est artistique, savoir qu’est-ce qu’il va apporter au projet, est-ce qu’il va ramener un plus ou pas. Je pense que c’est surtout ça «les critères » de sélection.

  • Dans ton nouveau titre «Pinocchio » tu évoques un coté très personnel de ton parcours individuel. Qui sont ces « vendeurs de rêve » dont Kanya chante ?

C’est les phrases qu’on entend quand on est jeune. C’est un peu tout le monde, on est tous des vendeurs de rêve quelque part mais à notre manière, d’autres plus que d’autres. Le thème du morceau, c’est surtout sur tous ces petits trucs qu’on entend, ces phrases déjà bien établies, tous ces petits mensonges parce que le père Noël c’est un mensonge par exemple. C’est un conte, un commère, un business entier bâti sur un mensonge. Donc voilà je voulais parler de tout ça, de tout ce que l’on avait pu entendre : Les promesses de taff, les petites galères, tous ces mythos qu’on entend au quotidien.

  • On trouve le clip «Les 16 vérités » trop stylé, qu’est-ce qui t’as inspiré lors du tournage ?

On a voulu retranscrire ce que l’on avait dit dans le morceau, c’est pour ça que je parlais de miroir tout à l’heure. Moi, mon premier couplet, il est uniquement face à un miroir, et on a fait des effets pour comprendre que le miroir est une autre personne. Donc c’est un reflet qui me renvoie à autre chose et c’est exactement la thématique de tout le morceau. Le thème, il est vraiment dans le premier couplet. Médine pareil, il se parle à lui-même donc voilà c’est des petits concepts un peu cinématographiques qu’on a voulu trouver pour le clip.

  • Ces dernières années on a vécu une époque de clash dans le milieu du rap. Récemment cette idée de confrontation commence à envahir le R’n’B. Comment as-tu écrit la chanson sur ce sujet « Clash » pour affronter Gaiden, s’agit il d’un vrai clash ?

Avec Gaiden, la démarche est différente, car il y a des clashs qui en ce moment ont l’air assez sérieux avec des vrais antagonismes. Nous c’était vraiment totalement différent. Avec Gaiden, ce que l’on a voulu faire, c’était vraiment d’organiser un clash pour en faire un spectacle en fait, pour qu’on n’ait pas forcement que le coté négatif qui va avec le clash. C’est plus le coté positif donc le spectacle, faire venir des gens, le faire à la radio devant beaucoup du monde, donner vraiment un spectacle pour les amateurs de clash. Nous, on était dans cette idée là et c’est comme ça qu’on l’a fait.

Après c’est vrai qu’entre temps, il y a eu d’autres histoires mais çà c’est pas nos histoires et c’est pas des trucs qu’on peut contrôler. Nous en tout cas on voulait vraiment quelque chose de peace et les gens ont compris que c’était loin d’être la guerre avec Gaiden, parce qu’il y a beaucoup de respect entre nous, avant, après et même aujourd’hui à l’heure où on se parle.

  • On passe de la haine à l’amour : 2012 signifiait une relance de ta carrière, ainsi que celle de Kayna Samet. Est-ce dur d’être l’un des « power couples » du hip-hop français ?

Franchement, je pense que ce qui est dur dans la vie, c’est d’être malade, de pas pouvoir travailler, de pas avoir d’argent. Ça, c’est dur. Après ça pour moi, c’est pas dur du tout, c’est plutôt une facilité parce qu’avec des gens comme Wallen et Abd al Malik, on aura toujours tendance à comprendre quelqu’un qui fait le même travail que nous. En plus, on se complète. Elle chante, j’écris avec elle, des fois elle me trouve des mélodies. Donc voilà quelque part, on s’aide, on est une petite équipe et voilà, c’est très bien comme ça.

  • Un moment de scène ou un concert préféré ?

Tous ! Moi, le moment que je préfère c’est quand je suis sur la scène et que c’est blindé, que les gens sont chauds, qu’ils sont avec nous, bonne mentalité et envie de faire la fête. Voila, on demande pas plus.

  • Quels artistes écoutes tu en ce moment ?

Personne, absolument personne. J’écoute pas de musique, j’écoute des radios foot en ce moment

  • Un débat circule ces dernières années sur le rap, penses-tu qu’il est mort ? Comment vois-tu son futur ?

Moi, ça me fait rigoler parce que ça fait peut-être 10 ans que j’entends « le rap est mort » et ça fait 10 ans qu’on me pose la question. Je pense que ça veut dire que c’est juste des fantasmes de gens qui aiment pas le rap. Je sais pas d’où ça part ce truc là, mais le rap, il existe encore. Il y a des groupes comme Sexion d’Assault qui font des albums, des grosses tournées, qui se débrouillent. C’est vraiment un milieu qui n’a rien à envier aux autres, ni en terme de chiffres, ni en terme de structure, ni de passage radio, ni en termes de quoi que ce soit. Donc voilà le rap, il existe.

Sinik

Le dernier album de Sinik, La Plume et le poignard

  • Avec quels artistes rêverais-tu de collaborer ?

Des artistes comme Aznavour, Cabrel, Zazie et Alicia Keys.

  • Si tu devais choisir entre les deux, ce serait lequel ?

Booba ou Rohff ? Sinik
Beyoncé ou Rihanna ? Beyoncé
Lil Wayne ou Eminem ? Eminem
Twitter ou Facebook ? Twitter
Kenza Farah ou Léa Castel ? Kenza Farah
La France ou l’Algérie ? Ah tu peut pas choisir, c’est comme beaucoup de choses.
Kerry James ou Médine ? Pareil, car c’est deux artistes que je respecte, deux amis, c’est difficile de choisir.
L’influence R’N’B ou electro sur le rap ? Ni l’une, ni l’autre

  • La prochaine étape pour toi ?

C’est continuer, faire des tournées. Demain je pars à Nancy faire des concerts, voilà c’est comme ça que ça se passe.

Interview réalisée par Vanessa Saksik et Aaron Phillips
Crédits photos : Vanessa Saksik et l’Agence Rise Up
Remerciements : Sinik et l’Agence Rise Up

%d blogueurs aiment cette page :